L'entreprise sereine d'Amy C.Edmondson

Livre L'entreprise sereine
Quatrième de couverture :

La sécurité psychologique, levier d’une organisation performante, apprenante et innovante.

Parce que l’innovation et la créativité sont des facteurs déterminants, les entreprises doivent savoir attirer et retenir les talents dans une économie du savoir. Comment responsabiliser les collaborateurs et augmenter le niveau d’engagement et de franchise ? Comment créer une culture inclusive, d’apprentissage et d’innovation ?

Alors que nombre d’organisations misent sur la gestion des talents pour rester dans la course, cette manne est inopérante si les salariés ne peuvent s’exprimer en toute confiance. Traduit dans plus de quinze langues et fondé sur les recherches menées par Amy C.Edmondson pendant plus de trente ans (industrie, services, santé…), ce guide explore le lien étroit entre sécurité psychologique au sein des organisations et performance des équipes. La grille d’analyse des quatre dimensions de la sécurité psychologique permet de coconstruire une culture d’entreprise exempte de peur, dans laquelle chacun se sent libre d’exprimer ses idées, de poser des questions, d’admettre ses erreurs, d’être créatif et de prendre des initiatives.

Rédigé pour les dirigeants et leurs équipes, illustré par de nombreux exemples (Volkswagen, US Airways, NASA…), cet ouvrage propose un cadre progressif offrant à chacun la possibilité de bâtir sa propre feuille de route vers une nouvelle culture d’entreprise.

Pour qui je conseille ce livre :

Un livre que je conseille d’abord pour les dirigeants et RH qui sont les premiers prescripteurs et moteur de la culture d’entreprise. Je conseille aussi ce livre aux managers qui ont un rôle essentiel à jouer et qui peuvent dans leurs discours et leurs actions être promoteur et garant des conditions de la sécurité psychologique, ou pas…

Ce que j’ai aimé dans ce livre :

Ce livre est bourré d’exemples et d’illustrations sur les risques encourus lorsqu’il n’y a pas de sécurité psychologique au sein d’une entreprise ou d’une équipe. Et d’exemples démontrant la puissance de ce qu’on peut obtenir lorsque la sécurité psychologique est présente.  Il y a également de nombreuses références à  des travaux et sujets de recherche sur le travail, le management, la performance. Bref, tout ce qui est écrit ne s’appuie pas seulement sur ce qu’on pourrait pressentir.  Des pistes concrètes pour créer un cadre serein sont également proposées. 

Tout cela pourrait finalement être qualité de « bon sens » mais d’une part, on sait que ce n’est pas si courant que cela de pouvoir s’exprimer pleinement en entreprise, et d’autre part, cela met des mots sur des choses qu’on a pu intuitivement faire pour ainsi mieux en appréhender l’importance et l’impact.

Les messages qui m’ont marquées : 
  • Il ne faut pas confondre confiance et sécurité psychologique. Même s’il y a de nombreux points communs, ces concepts ne sont pas interchangeables. « On pourrait dire que la confiance consiste à accorder aux autres le bénéfices du doute et que la sécurité psychologique est la situation dans laquelle les autres vous accorderont le bénéfice du doute si, par exemple, vous demandez de l’aide ou admettez une erreur »
  • La notion de risques relationnels au travail : risque de paraitre ignorant, alors on ne pose pas de questions. Risque de paraitre incompétent, alors on n’admet pas nos erreurs ou nos faiblesses. Risque d’être considéré comme un gêneur, un perturbateur, alors, on n’évoque pas nos idées et propositions. Ces risques sont bien connus (au delà de l’entreprise, on peut en avoir fait l’expérience dans notre éducation, sphère personnelle, précédentes expériences pro…). Cela demande donc naturellement un effort pour oser prendre ce risque relationnel, tout en ne sachant pas si ce sera bien pris et déterminant pour l’entreprise.  « chacun gère constamment ses risques relationnels au travail, consciemment ou non, ce qui fait obstacle à un partage sincère des idées, des questions et des soucis. »
  • Le management par la peur est encore moins pertinent aujourd’hui avec des métiers qui sont avant tout des métiers intellectuels et relationnels. Toutes les études ont démontré à quel point la peur inhibe. « La motivation par la peur est certes hautement efficace – efficace pour créer l’illusion que les objectifs sont atteints. Mais elle ne l’est pas quand il s’agit d’obtenir du personnel la créativité, les bons processus et la passion nécessaires pour atteindre des buts difficiles dans des métiers exigeant beaucoup de savoir ».
  • Ce que la sécurité psychologique apporte : études à l’appui, il y a un lien direct entre résultats des entreprises sur le long terme et sécurité psychologique. Notamment parce que cette dernière permet plus de coopération, plus d’innovation et génère plus de motivation. De plus, elle permet également de surmonter plus facilement les contraintes de dispersion géographique, de mieux utiliser les désaccords et conflits et enfin, elle permet de mieux tirer parti de la diversité.
  • La sécurité psychologique ne s’instaure pas une bonne fois pour toute. C’est un travail continu en 3 étapes : 

– préparer le terrain : il s’agit de cadrer le travail et particulièrement recadrer les croyances limitantes (ex: le rapport à l’échec, le risque de parler…) et insister sur le sens et l’objectif de l’entreprise (le Why)

-susciter la participation : il s’agit de se montrer humble face aux situations (on ne sait pas tout, il peut y avoir des insuffisances), pratiquer le questionnement et l’écoute et instaurer des pratiques de discussion. 

-réagir de manière appropriée : c’est la preuve de ce qui a été dit dans les étapes précédentes. Remercier les personnes qui s’expriment, prendre réellement en considération ce qu’elles disent, déstigmatiser l’échec et sanctionner les violations manifestes de ces principes.

  • Les 3C pour montrer l’exemple et encourager chacun à oeuvrer vers un cadre de sécurité psychologique :

– La curiosité : poser sincèrement des questions aux autres démontrent que leur avis compte, qu’on les écoute et y réagit intelligemment

-La compassion: se rappeler sur nous rencontrons tous des obstacles. Mieux on comprend le combat des autres, plus on agit de façon constructive et résiliente

-La constance avec laquelle nous agissons et mettons de la détermination à atteindre les objectifs de l’entreprise dans un cadre de sécurité psychologique.

Bref, pour moi, un livre incontournable pour créer les bonnes conditions de travail, sources d’épanouissement et de performance durable !