Le pouvoir de la pensée flexible d'Adam Grant

Livre Le pouvoir de la pensée flexible
Quatrième de couverture :

« Cela ne marchera jamais ! », « c’est trop compliqué », « c’est comme ça qu’on a toujours fait ! », ces phrases vous sont-elles familières ? Alors que nous évoluons dans un monde en mouvement permanent, que nous passons notre temps à remplacer nos bien matériels pour de plus performants, pourquoi restons-nous si souvent campés sur nos positions ?

C’est ce nous trouvons refuge dans le confort de nos convictions, nous nous entourons de personnes qui partagent nos idées et fuyons à tout prix la contradiction. Pour Adam Grant, c’est là notre plus grande erreur. A travers de nombreux exemples et en puisant dans les dernières avancées des sciences cognitives, il démontre ici que la capacité à renouveler notre pensée est déterminante pour atteindre à la fois l’excellence et la sagesse.

Nous avons tous la capacité d’apprendre à mettre à l’épreuve nos convictions, tester nos idées, soutenir la contradiction et cultiver les bienfaits du doute. Ayons le courage de nous forger une pensée flexible. C’est la clé de la réussite, car l’innovation et le progrès demeurent du côté de ceux qui savent « repenser ».

Pour qui je conseille ce livre :

A tous !!!! Comme l’écrit si bien le Financial Times : « Dans un monde pétri de certitudes, le livre d’Adam Grant n’est pas simplement utile, mais indispensable ! »

Ce que j’ai aimé dans ce livre :

J’ai découvert ce livre en travaillant sur l’Entreprise Curieuse ! On parle beaucoup d’agilité, mais j’avoue que je n’aime pas ce terme, qui vient du monde du projet et de la fameuse « méthode agile ». Résultat, cela fait quelques temps que je préfère parler de flexibilité. Pour aller à l’inverse de ces moments où nous nous rigidifions, ces moments où nous campons sur nos positions, n’écoutons plus l’autre, cherchons à gagner plutôt qu’à s’approcher de la vérité. Le monde est complexe et mouvant. Or, aujourd’hui, ce sont des pensées fixes et simplistes qui dominent. Bref, un soulagement et une bouffée à la lecture de ce livre :

1/Je ne suis pas la seule à prôner la flexibilité et la pensée complexe

2/J’ai appris énormément de choses car le livre est rempli d’anecdotes et de théories pour appuyer les propos.

Enfin, ce livre date de 2021. Il colle donc en tout point à ce qu’on peut voir et entendre dans notre monde actuellement.

Les messages qui m’ont marquées : 
  • « Revoir votre façon de penser peut vous aider à trouver des solutions nouvelles à de vieux problèmes et à revisiter les solutions anciennes appliquées à des problèmes inédits. »
  • « En 1950, il fallait cinquante ans pour que les connaissances en médecine soient multipliées par deux ; En 1980, elles doublaient tous les sept ans ; en 2010, le doublement s’effectuait en seulement un quart de cette durée. L’accélération du changement signifie que nous devons remettre en question nos convictions bien plus souvent qu’auparavant »
  • « Nous privilégions souvent le sentiment d’avoir raison par rapport au fait d’avoir raison »
  • Adopter la posture scientifique : « nous nous livrons alors à des expériences pour tester des hypothèses et découvrir un nouveau savoir ».
  • « Plus vous êtes intelligent, plus il vous est difficile de voir vos propres limites. Parce que vous savez bien penser, vous risquez de savoir moins bien repenser les choses. »
  • Le cycle du renouvellement de la pensée (Humilité, doute, curiosité, découverte) vs le cycle de l’excès de confiance (Orgueil, conviction, biais de confirmation et de désirabilité, validation)
  • Le mont stupidité ! Plus nous en apprenons sur un sujet, plus nous avons tendance à donner notre opinion sur ce sujet. Le truc, c’est que nous n’acquérons jamais un niveau de connaissance suffisant pour nous rendre compte de tout ce que nous ne savons pas…
  • L’importance de l’humilité, comme antidote à l’arrogance qui peut nous faire atterrir sur le mont Stupidité
  • La joie d’avoir tort : cela signifie qu’on a appris quelque chose. Mais ça demande deux détachements : détacher le présent du passé et ses opinions de son identité
  • Les bonnes bagarres : on apprend des gens qui n’ont pas les mêmes opinions que nous. Cependant, le débat a plus de chance d’être fructueux si on se dispute sur le « comment » plutôt que le « pourquoi »
  • Il ne sert à rien d’assommer l’autre sous une tonne d’arguments : « Lorsque nous tentons de convaincre autrui de reconsidérer sa position, nous avons tendance à parler. Pourtant, le moyen le plus efficace est souvent d’écouter »
  • L’importance de la sécurité psychologique pour favoriser l’humilité, le droit à l’erreur, la curiosité

Découvrez d’autres livres de ma bibliothèque sur la pensée critique :

Bref, pour moi, un livre incontournable pour tous les curieux et tous ceux qui ont conscience que l’ouverture d’esprit est indispensable mais parfois difficile !