je ne te pensais pas si fragile de Kikka

Couverture livre Je ne te pensais pas si fragile
Quatrième de couverture :

Clotilde accepte un poste au sein d’un groupe néerlandais de cycles, Bike Wick. L’opportunité semble inespérée : il s’agit de développer l’activité en France et le patron, M. Van Der Klipp, lui donne carte blanche…

Un an après son arrivée, Clotilde est parvenue à introduire des solutions innovantes, tout en gagnant l’estime de ses équipes. Quand M. Van Der Klipp annonce son départ et leur présente son remplaçant, Karl Liechtenstein, elle entend bien continuer sur sa lancée. Mais le style managérial de Karl Liechtenstein est pour le moins déconcertant et la jeune femme se voit progressivement prise au piège dans un engrenage infernal.

« Le récit illustre parfaitement la place du travail dans la construction de l’identité psychique de chacun de nous. Jamais neutre, il peut être soit constructeur, soit destructeur. Un grande leçon d’honnêteté et de courage ! » NICOLAS SANDRET, médecin, inspecteur régional du travail attaché à la consultation de pathologie du travail à l’hôpital de Créteil.

« Kikka réussit à parler d’un problème de société trop peu présent dans la littérature française. Elle y parvient avec brio, montrant ainsi que personne n’est à l’abri de cette descente aux enfers qu’est le harcèlement au travail. » ALEXANDRA, librairie Au fil des pages.

Pour qui je conseille ce livre :

D’abord aux personnes qui vivent ce type de situation, afin de comprendre qu’elles ne sont pas seules et aussi pour les aider à prendre conscience de certains mécanismes dans lesquels elles sont prises au piège.

Et idéalement, j’adorerai que des DRH et patrons aient la curiosité de lire ce récit. Car il permet de voir ce qui se passe en coulisse : les ressorts d’une personne hyper engagée, la toxicité d’un manager manipulateur, la difficile reconstruction…

Ce que j’ai aimé dans ce livre :

J’ai été tout simplement bouleversée par la lecture de ce livre. J’ai vécu un burnout.  Même si chaque histoire est différente, je me suis retrouvée dans beaucoup de choses. Tout d’abord ce récit montre à quel point cela arrive à des personnes challengeuses, particulièrement engagées et souvent reconnues dans leurs entreprises. Je trouve également que la mécanique insidieuse du burnout et du harcèlement est particulièrement bien illustrée. Ce n’est jamais quelque chose qui arrive brutalement contrairement à ce qu’on pense. Enfin, l’état alarmant dans lequel on peut basculer, la difficulté à se reconstruire, la soif de justice… tout cela est également si justement raconté que cela m’a fait revivre certaines émotions que j’avais ressenti à l’époque. 

Bref, un livre fort, vrai et plein de subtilités pour comprendre comment on peut basculer dans le mal être au travail