Faites votre 180° ! d'Emmanuelle PIQUET

Livre faites votre 180°
Quatrième de couverture :

« Ce qui fait souffrir, ce n’est pas le problème, c’est la façon dont nous le percevons ».

Votre patron vous tétanise depuis des années, votre ado vous provoque pour la centième fois, vous vivez avec un jaloux pathologique à qui nous n’en pouvez plus d’expliquer que non, vous ne couchez pas avec le voisin du quatrième… Tous ces conflits, tensions, souffrances ont un point commun : ils se répètent, à l’identique, alors même que vous avez tout essayé pour y mettre fin. Mais avez-vous vraiment tout essayé ? La solution pour vous changer la vie existe : elle se situe à exactement 180°. Un virage subtil qu’Emmanuelle Piquet nous apprend à pratiquer à travers dix-huit situations de la vie courante.

Pour qui je conseille ce livre :

Tous ceux qui ont le sentiment d’être « un hamster dans une roue » comme dit l’auteure. C’est-à-dire toute personne qui a l’impression de faire son max pour résoudre des problèmes, et notamment des problèmes relationnels, mais qui n’y parvient pas, et continue alors d’en souffrir. 

Ce que j’ai aimé dans ce livre :

Ce livre m’a fait découvrir les principes de l’Ecole Palo Alto. C’est tellement contre intuitif que j’en suis restée bouche bée devant certains exemples, en me disant « ah oui, quand même ! elle y va fort ». Mais force est de constater qu’on a tous tendance à s’enfermer dans des stratégies qui ne fonctionnent pas et que ça a alors du sens de tenter tout autre chose, mais vraiment tout autre chose, en faisant un virage à 180°.

Ce livre étant basée sur de nombreux exemples, il est hyper parlant et accessible. 

Les messages qui m’ont marquées : 
  • Notre « bon sens » nous pousse à faire toujours la même chose. En fonction de ce que nous estimons être un bon parent, un bon enfant, un bon manager, un bon salarié etc, nous nous accrochons à l’idée que nous devons agir de telle ou telle façon. Et plein de fois, cela a fonctionné. Mais quand ce n’est pas le cas, nous restons enfermé dans notre stratégie, remettant plutôt en cause la façon dont on s’y est pris (la forme plutôt que le fond) et l’autre dont on aimerait bien faire changer le comportement ;
  • Souvent, en persistant dans cette stratégie improductive, on aggrave le problème au lieu de le résoudre ;
  • La différence entre un problème et une difficulté : le problème est une difficulté qui se répète
  • L’importance de déterminer qui souffre du problème, qui a le caillou dans la chaussure. Car souvent, c’est nous qui avons le caillou dans la chaussure mais on aimerait que l’autre change son comportement pour nous soulager, alors que lui, il n’a pas de problème.. Difficile alors de le mettre en mouvement et d’exiger de lui un changement alors même que nous, qui souffrons directement, n’opérons pas de réel changement ;
  • L’Ecole Palo Alto nous invite à changer nos stratégies plutôt que les autres 😉

Découvrez d’autres livres de ma bibliothèque sur l’Ecole Palo Alto :

Bref, pour moi, un livre incontournable pour résoudre différemment ses problèmes avec les autres !